Back Market, la marketplace dédiée aux produits reconditionnés, est une jeune pousse française née en 2014. Depuis sa création, la startup a déjà parcouru bien du chemin et levé plus de 7 millions d’euros auprès d’investisseurs privés de renom (comme Thierry Petit, fondateur & CEO de Showroom Privé) ou de fonds d’investissements tel qu’Aglaé Ventures (propriété du Goupe Arnault). Aujourd’hui, la plateforme vend même des produits reconditionnés et certifiés par Apple, une première en France.


International Stories : 8 témoignages pour découvrir les clés de la réussite à l’international


Une belle histoire qui s’étend au-delà des frontières françaises : Back Market est déjà présent dans quatre autres pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne et Italie), où elle réalise déjà plus de 20% de son activité. Guillaume Rouby, Directeur Marketing, a répondu à nos questions sur la stratégie de développement international de Back Market :

  • Quelle place occupe l’international chez Back Market ?
  • Comment sélectionnez-vous les pays cibles ?
  • Quel conseil donneriez-vous sur l’internationalisation ?
  • Comment adaptez-vous les messages à l’international ?
  • Quelles sont les erreurs à éviter à l’international ?

Découvrez ses enseignements et ses conseils sur l’internationalisation en vidéo :

Le développement international : un moyen de prouver la réplicabilité du modèle pour Back Market

Comme le souligne Guillaume Rouby, si l’entreprise s’est développée aussi tôt à l’international, c’est surtout pour valider son business model. En tant que startup, il était important pour Back Market de s’assurer que l’activité de l’entreprise pouvait se développer sur de nouveaux marchés aux caractéristiques différentes : PIB, habitudes d’achat, pénétration d’internet et consommation sur mobile…

L’Espagne et l’Allemagne représentent à ce titre 2 marchés très différents sur lesquels Back Market s’est implanté.

Guillaume Rouby insiste par ailleurs fortement sur la nécessité de localiser les supports de communications lorsque l’on s’implante sur de nouveaux pays : il ne s’agit pas de traduire littéralement les contenus, mais bien de les adapter à chaque marché. C’est encore plus important pour une entreprise comme Back Market, dont la communication se fait sur un ton décalé et repose sur des références à la culture locale.

Peu importe la stratégie d’internationalisation retenue, il est dans tous les cas impératif pour Guillaume Rouby de se préparer bien en amont, depuis la sélection des pays cibles jusqu’au processus de traduction & localisation des contenus.

CEO Stories : 10 entrepreneurs du digital racontent leurs succès à l'international

Success stories

Abonnez-vous à notre newsletter

L'internationalisation de A à Z

Back Market, la marketplace dédiée aux produits reconditionnés, est une jeune pousse française née en 2014. Depuis sa création, la startup a déjà parcouru bien du chemin et levé plus de 7 millions d’euros auprès d’investisseurs privés de renom (comme Thierry Petit, fondateur & CEO de Showroom Privé) ou de fonds d’investissements tel qu’Aglaé Ventures (propriété du Goupe Arnault). Aujourd’hui, la plateforme vend même des produits reconditionnés et certifiés par Apple, une première en France.


International Stories : 8 témoignages pour découvrir les clés de la réussite à l’international


Une belle histoire qui s’étend au-delà des frontières françaises : Back Market est déjà présent dans quatre autres pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne et Italie), où elle réalise déjà plus de 20% de son activité. Guillaume Rouby, Directeur Marketing, a répondu à nos questions sur la stratégie de développement international de Back Market :

  • Quelle place occupe l’international chez Back Market ?
  • Comment sélectionnez-vous les pays cibles ?
  • Quel conseil donneriez-vous sur l’internationalisation ?
  • Comment adaptez-vous les messages à l’international ?
  • Quelles sont les erreurs à éviter à l’international ?

Découvrez ses enseignements et ses conseils sur l’internationalisation en vidéo :

Le développement international : un moyen de prouver la réplicabilité du modèle pour Back Market

Comme le souligne Guillaume Rouby, si l’entreprise s’est développée aussi tôt à l’international, c’est surtout pour valider son business model. En tant que startup, il était important pour Back Market de s’assurer que l’activité de l’entreprise pouvait se développer sur de nouveaux marchés aux caractéristiques différentes : PIB, habitudes d’achat, pénétration d’internet et consommation sur mobile…

L’Espagne et l’Allemagne représentent à ce titre 2 marchés très différents sur lesquels Back Market s’est implanté.

Guillaume Rouby insiste par ailleurs fortement sur la nécessité de localiser les supports de communications lorsque l’on s’implante sur de nouveaux pays : il ne s’agit pas de traduire littéralement les contenus, mais bien de les adapter à chaque marché. C’est encore plus important pour une entreprise comme Back Market, dont la communication se fait sur un ton décalé et repose sur des références à la culture locale.

Peu importe la stratégie d’internationalisation retenue, il est dans tous les cas impératif pour Guillaume Rouby de se préparer bien en amont, depuis la sélection des pays cibles jusqu’au processus de traduction & localisation des contenus.

CEO Stories : 10 entrepreneurs du digital racontent leurs succès à l'international